MUSIQUES ACTUELLES ET FORMATION MUSICALE

Accueil Forums MUSIQUES ACTUELLES ET CONSERVATOIRES MUSIQUES ACTUELLES ET FORMATION MUSICALE

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #632
    hemiole
    Participant

    La percée des musiques actuelles dans les écoles de musique (hors écoles Fneijma) est toute relative, qu’il s’agisse de formation musicale, de cours d’instruments ou bien encore de pratique collective, et ce malgré plus de trente ans de politique culturelle en faveur de l’intégration de ces musiques dans le champ de l’enseignement musical spécialisé : en effet, une étude réalisée par Bob Revel en 2012 pour le compte du Ministère de la Culture (DEPS) indiquait que seulement 6% des cours de formation musicale abordait les musiques actuelles, principalement dans des cours dédiés (fm batteurs, fm jazz…) donc majoritairement séparés de la filière générale. Autre chiffre significatif : les musiques actuelles concernent en moyenne seulement 7% des effectifs d’une école de musique, cours d’instruments (batterie, guitare, basse…) et pratique collective (ateliers) confondus. A titre d’exemple, les classes de piano représentent à elles seules deux fois plus d’élèves que l’ensemble des instruments pratiqués en musiques actuelles.

    Cette même étude précise que « l’écart entre la large représentation d’une présence de ces musiques dans les établissements et le faible nombre d’élèves inscrits ou le faible volume d’heures consacré à leur enseignement mérite d’être souligné ». La formation musicale a donc une véritable carte à jouer en intégrant d’entrée les musiques actuelles à sa pédagogie, aux cotés de la musique classique, de manière généraliste, car pour l’instant l’enseignement des musiques actuelles tel qu’il se pratique ne remet pas en question l’organisation structurelle de l’enseignement musical. Le point de « rééquilibrage » souvent évoqué par les directions ou le Ministère n’est pas atteint (changement bien tempéré).

    L’enquête préconise également de « mettre fin à une construction tant de la pensée que des valeurs ou des organisations opposant les esthétiques les unes aux autres au sein des établissements. Cette évolution plus fondamentale et significative passe par les enjeux de la formation des enseignants et la capacité à inventer des organisations pédagogiques qui dépassent le cloisonnement entre les esthétiques ». La formation musicale a, plus que toute autre discipline, sa place et légitimité dans ce type de perspective. Proposer une FM généraliste dès le 1er cycle (enseignement initial), qui intégrerait de manière structurelle les musiques actuelles dans son fonctionnement, créerait un axe transversal dans le cadre des projets d’établissement et éviterait des cloisonnements supplémentaires à l’intérieur du département FM (en FM jazz, FM musiques actuelles amplifiées, FM batteurs…) et entre les départements. Pour cela, les atouts des musiques actuelles pour la formation musicale ne manquent
    pas :

    – réelle ouverture sur différents répertoires et différentes esthétiques, non réduite aux périodes de l’histoire de la musique classique ;
    – valorisation de l’oralité et de l’écoute/place prédominante de l’écrit symbolisé par la partition ;
    – musiques de création et d’hybridation en + d’être des musiques de répertoire ;
    – musiques ayant trait à la pratique collective (formation musicale instrumentale) ;
    – ouverture sur l’utilisation des nouvelles technologies (Fmao) ;
    – prise en considération des goûts musicaux des élèves ;
    – Fm au service de la construction du parcours de l’élève (accompagnement);
    – généralisation de l’approche de toutes les esthétiques à l’ensemble des élèves.

    Gabriel PERREAU

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.