SEMINAIRE DU COLLECTIF RPM

du 26 au 27 octobre 2015
à la Clef (St Germain en Laye).

 

De la musique et des images.

A la suite d’un groupe de travail mis en place lors de son assemblée générale 2015, le Collectif RPM a décidé de centrer la thématique de son séminaire de fin d’année sur les rapports entre musique et image. Malgré tous les discours sur une musique « pure » dont les seuls éléments sonores justifieraient l’existence, il semble bien que les évolutions des musiques populaires témoignent d’un rapport constant à l’image, au propre comme au figuré. Ceci ne date pas d’hier.

Quand les télévisions états-uniennes et anglaises se mobilisent pour diffuser du rock, les premières apparitions télévisées d’Elvis Presley (sur les chaînes CBS et NBC en 1956) suscitent la colère des milieux conservateurs, et ce non uniquement par la musique produite, mais aussi par l’image provocante que véhicule le King. L’audimat extraordinaire que suscitent les images des Beatles ou des Rolling Stones sur ITV, en 1963, montrent encore une fois que la culture pop n’est pas qu’affaire de sons, mais fait tout autant appel au visuel. A partir de la fin des années 50, des sociétés comme Caméca ou Cinematic diffusent des scopitones, en 16 mm, qui permettent en France de découvrir aussi bien Gilbert Bécaud que Johnny Hallyday. L’idée du vidéo-clip est déjà là, MTV en sera un élément déterminant et, avec Internet, l’association image-son se systématisera.

Quid de tout cela dans nos dispositifs pédagogiques ? Comment la dimension visuelle de la musique est-elle prise en compte dans nos structures ? Dans le travail d’accompagnement de groupes, va-t-on si souvent au-delà des seuls aspects sonores ? Comment travaille-t-on la relation image-son ?

Ce séminaire se propose d’établir une forme d’état des lieux sur ces questions, inévitablement incomplet, forcément frustrant, mais en cela à l’image des autres séminaires du collectif. Jean Cocteau, dans « Le sang d’un poète » disait que « les miroirs feraient bien de réfléchir avant de renvoyer les images ». Si le séminaire du Collectif est bien le miroir d’un certain état de la pédagogie musicale, c’est l’occasion de venir faire le point sur ces questions. Comme à l’accoutumée, les trois jours se répartiront entre interventions en plénière et groupes de travail.

 

– PLENIERE –
Le lundi 26 octobre à partir de 14h00.

  • Image et musique : une approche générale par Emilie Da Lage, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication au département Culture, UFR DECCID, Université Lille 3.
  • L’identité visuelle d’un artiste. Le point de vue de Pascal Bertin, journaliste indépendant.
    Monétiser et valoriser ses contenus sur You Tube.
  • Julien Philippe. Formateur à l’IRMA, Copyright Manager au sein de Melberries, Antipodes Music, Zamora Prod et ex-Believe.

– ATELIERS –
Toute la journée du 27 octobre.

  • Atelier 1 : la vidéo dans le contexte pédagogique.
    Avec Fabien Salzi, coordinateur pédagogique des Abattoirs.
  • Atelier 2 : Interactivité entre image et son dans l’action culturelle.
    Présentation du projet Versus et de son installation avec Benjamin Vaude et WSK (Vjing).
  • Atelier 3 : Scénographie, performance augmentée, interaction temps-réel; le pont vers l' »expérience totale » avec Thomas Bouaziz.
    Artiste et Ingénieur, Thomas Bouaziz est fondateur d’ExperiensS, studio de design et d’ingénierie pour l’art numérique, l’art contemporain et la scène. 
    ExperiensS privilégie une approche « temps-réel », via le design génératif, l’interaction live avec les performers et/ou le public, et des solutions technologiques sur mesure. Dans cette direction, Thomas Bouaziz a travaillé à la scénographie de tournées internationales (Kavinsky, Christine, Naive New Beaters, the Dillinger Escape Plan) et/ou leur ingénierie (Justice, Etienne de Crécy, Breakbot…). 
    Il proposera dans cet atelier un tour d’horizon des nouvelles approches de scénographie et de show control, en disséquant en exemple les chaînes techniques de plusieurs événements auxquels il a travaillé; et montrera comment la mission de scénographie dépasse plus que jamais les simples accompagnement ou interprétation visuels de la musique, élevée grâce au numérique comme le cocon et ciment d’une seule et même expérience physique à plusieurs médiums entrelacés et interactifs, pour le public comme pour les artistes.
  • Atelier 4 : Une tendance, les clips live tournés hors scène. Matthieu Deprez d’Attic Addict.
    – l’évolution (et la démocratisation numérique) de la promotion musicale par l’image et notamment par le clip, devenu aujourd’hui incontournable
    – la prise en compte (ou non) de ces évolutions dans les politiques d’accompagnements artistiques portées par les institutions, les sociétés civiles et les structures de Musiques Actuelles (marchandes et non marchandes)
    – le développement d’une esthétique propre au clip: un format flexible qui recouvre une large palette de réalisation
    – le développement du musicien ou plus généralement de l’artiste « polymorphe » : la diversification (contrainte?) des activités artistiques
    une structuration progressive mais encore largement insuffisante des acteurs du clip en France: de l’identification difficile des acteurs aux modes de structurations et de représentations à inventer et initier.
    – aux développement des productions et réalisations par la mutualisation de moyens et de compétences.2. Présentation de nos productions:
    – du live au live « hors scène »: l’utilisation des ressources (lieux, paysages…) d’un territoire au service de l’esthétique et l’identité musicale des groupes
    – le (nécessaire?) développement esthétique des productions: en lien avec un marché, et donc une concurrence, en pleine expansion: « l’inflation esthétique » a budget quasi constant comme revers d’une flexibilité de format imposée?
  • Atelier 5 : Du clip à la scène, quelle approche de l’image dans l’accompagnement scénique ? Avec Bénédicte Lelay, coach scénique (FGO, Chantiers des Francos, …).
  • Atelier 6 : Quelles stratégies de diffusion des contenus vidéos sur la toile ? Avec Emily Gonneau de Nuagency.
    A l’heure où le format vidéo est l’objet de toutes les convoitises, menant Facebook a ouvertement déclarer la guerre à YouTube tandis que Twitter ne veut pas se laisser distancer, quelle plateforme choisir et dans quel ordre lorsqu’on sort son nouveau clip ? Même réponse lorsqu’on veut monétiser ses vidéos ou approche différente ?L’atelier sera animé par Emily Gonneau qui abordera les principaux cas de figure pour vous aider à mettre en place la stratégie numérique la plus adaptée à votre projet artistique en fonction de votre stade de développement.

– Début du séminaire : le 26 octobre à 14h, fin du séminaire le 27 octobre à 19h.
– Hébergement : Le collectif RPM prend en charge les nuits d’hôtel.
– Repas : nous prendrons en charge les repas et les petits déjeuners pendant le séminaire (Lundi soir, mardi matin et soir).
– Transport : cette année, le collectif ne prendra en charge que les transports pour les adhérents individuels et non plus pour les structures.

– Tarif : 
pour les structures : 100 euros par personne.
pour les adhérents individuels ou les invités : 50 euros par personne.

– Adresse : 
LA CLEF – 46 rue de Mareil
78100 Saint-Germain-en-Laye.
– Accès :
RER A terminus Saint-Germain-en-Laye
LA CLEF est située à 10 minutes à pieds de la gare
(30 minutes de Châtelet – Les Halles, Paris)
Dernier RER pour Paris à 00h17